Tour de table

Les participants se sont exprimés lors du tour de table, les remarques sont mentionnées selon les mots clés qui sont ressortis

  • rôle du CoDev et son organisation
  • soins d’urgences à Lodève – santé de proximité
  • engagement citoyenéducation environnement
  • projets énergies renouvelables citoyens
  • patrimoine / tourisme / paysage. Eolien industriel ?
  • EAU AIR potable, risques ?
  • Ruches / jardins / permaculture / alimentation /
  • Projet Campeyroux

Le rôle du Codev, son organisation, la place de la participation des citoyens, l’engagement  pour l’intérêt général

La présence de plusieurs membres du Pacte Civique Cœur d’Hérault (Bernard Morin, François et Marguerite Dupont) témoigne de la dynamique de la participation citoyenne.

Plusieurs personnes sont ici engagées dans des actions d’éducation à l’environnement auprès des jeunes : Nicolas Ledermann, Sophie Giraud, Arnaud Guéry…

Alix Audurier suggère que le Codèv mette en réseau les associations du Cœur d’Hérault afin d’avoir plus de poids pour porter la parole citoyenne auprès des élus.

D’aucun pensent que le CoDev pourrait porter des initiatives constructives pour étayer les politiques et études publiques : créer et animer un questionnaire auprès des touristes, peser pour la création d’observatoires de l’eau et de l’air… Ce sont autant de projets qui ne peuvent se faire qu’avec un minimum de moyens d’animation…

Et de communication : il est cependant noté que le CoDev ou le Pays manquent de visibilité auprès des citoyens qui ne savent pas que ce peut être un accès à la Région.

On déplore également que le CoDev ne soit consulté souvent « qu’après coup » comme pour le contrat de ruralité, ou encore que le bureau ne reçoive jamais les avis ou invitations aux différents conseils municipaux ou communautaires, ou bien encore que les informations sur les programmes de subventions restent par trop confidentiels au sein des collectivités… alors qu’elles s’adressent aussi aux entreprises ou aux associations.

Bernard Fabreguettes, élu au Conseil Communautaire du Clermontais est aussi élu référent du Sydel au CoDev estime que temps est venu pour bien structurer et organiser par le CoDev sur la transition, et sur la transmission aux élus : on est sur l’appel à projets sur la croissance verte, c’est le bon moyen. Soyons pragmatique : la transition partira plutôt du bas, que des élus.

La question des structures de santé sur notre territoire

Thierry Bousquel, et Christophe Chive hôpital de Lodève, membre du comité Urgences du Lodévois-Larzac (centre de permanence de soins) expliquent que le nouveau schéma d’autorisation d’urgences a retiré un service à Lodève et un autre à Montpellier ; nous avons une autoroute accidentogène, une population vieillissante et à peu de ressources médicales. Il y a une demande pour un service d’urgences à Lodève, par l’intermédiaire de pétitions de différents maires du plateau lodévois et du Collectif Urgences Hospitalières du Lodévois-Larzac;

Nordine Abdelhafid, cadre socio éducatif connaît aussi bien le problème.

Les énergies renouvelables, l’eau et l’air, les risques

L’eau apparaît au cœur des préoccupations de personnes présentes dont certaines portent une réelle expertise. Un observatoire de la qualité de l’eau et de l’air seraient bienvenus (Laurent Dupont, élu à Paulhan, Alix Audurier, Philippe Martin qui notamment anime la commission GAP eau). Plusieurs personnes sont d’avis que le CoDev pourrait porter un tel projet.

Renée Gerbal, Jean Claude Coutarel, l’association Pied à terre représentée par Pacal Loubie (accompagnement aux projets de rénovation énergétique) estiment que l’eau et l’énergie sont des enjeux majeur pour le Pays.

Le paysage, le tourisme, l’éolien industriel, la qualité du cadre de vie

Alix, présidente de l’association ARTOPOS a posé la question de la qualité des paysages et du patrimoine des centres anciens. JC Richard fait partie des experts du patrimoine de notre Pays.

Le problème de l’exploitation industrielle de l’énergie éolienne est mis en relief par  Gérard Morin, Maguy Elie et Majolaine Villey Migraine membre d’un collectif de veille sur le paysage qui exposent les risques écologiques liés à l’implantation de machines qui transforment nos paysages naturels en zones industrielles.

L’association Vivre à Aniane représentée ici par Jean-Paul Laffont et Pascal Loubie

 

La permaculture, les jardins, l’alimentation, les abeilles, les projets collectifs d’installation agricole

Jean Michel Vial et Mehdi Mironneau ont présenté l’association « A la source de Pécot » qui a repris les serres Bellet pour pratiquer la permaculture, l’apiculture, l’aide à l’installation au maraîchage et aux fruitiers. Cette compétence n’est pas sans relation avec le projet intégré de Campeyroux, lieu où se passe notre réunion.

Emilie Rousselle, présidente de l’association Humus Sapiens Pays d’Oc a représenté de Codev lors des ateliers ScoT, son association promeut également les initiatives en permaculture, autonomie du territoire.

JC Coutarel représente aussi l’association des apiculteurs piscénois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *